Pascale CHABANET

Pascale Chabanet

Pascale CHABANET

UpSolution Team
Chargée de recherche
IRD Réunion

Les Iles Eparses (Glorieuses, Juan de Nova, Europa, Bassas da India, Tromelin) sont parmi les rares espaces insulaires de la planète ne subissant pas de perturbation humaine, leur accès étant strictement règlementé ; seules quelques autorisations d’accès sont données aux scientifiques dans le cadre de leurs recherches. D’un point de vue scientifique, ces îles sont donc extrêmement intéressantes pour différencier la part des pressions humaine directes sur les changements observés dans les écosystèmes (ex. pêche, piétinement des coraux, eaux usées sur les récifs coralliens) de celles qui agissent à l’échelle mondiale (« global change »). De ce fait, elles constituent des laboratoires naturels exceptionnels.

Mais il y a beaucoup d’obstacles à franchir avant d’avoir ce grand privilège d’aller travailler aux Iles Eparses !
Il faut d’abord écrire un programme qui réponde à une demande, puis qu’il soit retenu pour obtenir des financements et des autorisations d’accès. Ce qui a été le cas pour notre programme BioReCIE (Biodiversité, Ressources et Conservation des récifs coralliens des Iles Eparses), retenu suite à un appel d’offres CNRS. Ce programme répondait à une attente des TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) qui ont en charge la gestion des Iles Eparses. Ces îles devraient être classées en statut national d’Aires Marines Protégées (AMP) afin de renforcer la protection des écosystèmes qui y sont associés. Mais la mise en place d’AMP impose un plan de gestion qui nécessite à la base des connaissances fondamentales sur l’environnement et les communautés associés. Face aux lacunes des connaissances sur les récifs coralliens et pour répondre aux besoins des gestionnaires, les principaux objectifs du programme BioReCIE sont 1) compléter les données acquises sur la biodiversité récifale à travers des inventaires (Algues, Cnidaires, Crustacés, Mollusques, Echinodermes, Poissons) associés à une cartographie des habitats ; 2) établir un point zéro des ressources en poissons sur chacune des îles. Ce vaste programme, financé par plusieurs bailleurs de fonds (INEE, INSU, IRD, AAMP, FRB) implique une trentaine de chercheurs appartenant à plus de 10 institutions (IRD, Université de La Réunion, Université de Paris VI, Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, Ecole Navale de Brest, Agro Campus de Rennes, Réserve Naturelle Marine de La Réunion, ARVAM, Pareto, Aquarium de La Réunion, Muséum d’Histoire Naturelle de Stuttgart, Oceanic Research institute de Durban).

Une fois le programme financé, il ne reste plus qu’à composer entre météo supposée idéale, disponibilité des uns et des autres, autorisations pour se rendre sur sites, certificats médicaux d’aptitude à partir sur des îles isolées, logistique plongée, … Après la tournée du Marion Dufresnes en avril 2011, c’est Europa qui constitue la deuxième étape du programme BioReCIE réalisée cette fois-ci à bord du superbe voilier Antsiva.

Merci à Nicolas et Anne de nous avoir offert des conditions idéales à bord de leur voilier (gentillesse, confort du bateau, cuisine délicieuse, logistique plongée, …) pour mener à bien nos recherches.

Un grand merci à toute l’équipe pour avoir chacun à votre manière permis de finaliser tout ce qui était prévu dans notre planning chargé. On a été aidé par une bonne étoile météo mais aussi par les ondes positives qui nous ont poussés au bout de cette belle aventure humaine. L’amitié et la curiosité sont les meilleurs moteurs pour avancer dans la vie comme dans la recherche !

Articles liés

No results found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.