Projet REEFCORES

Stéphan JORRY

UpSolution Team
Chercheur en sédimentologie IFREMER,
Centre de Brest, Unité des Géosciences Marines

Séjour à bord de l’Antsiva

Pouvoir disposer d’Antsiva dans le cadre de ce projet de recherche fût un privilège incontestable pour les scientifiques de l’équipe REEFCORES.
L’expérience était nouvelle pour l’ensemble d’entre nous, scientifiques comme membres d’équipage. Ce fût tout d’abord la première mission « géologique » menée à bord d’Antsiva, avec le challenge de réaliser de l’acquisition sismique et des prélèvements à la benne à sédiments. Malgré toute l’incertitude avant de réaliser les premiers tests et manipulations, Antsiva s’est très rapidement révélé être un bateau particulièrement adapté aux besoins de la mission REEFCORES.
Au final, les 14 jours de mission ont permis d’acquérir :
– 300 km de profil sismique,
– 7 carottages,
– 20 prélèvements à la benne à sédiments,
– ainsi que la réalisation d’observations et prélèvements complémentaires sur les affleurements de l’Archipel des Glorieuses.

La diversité des espaces de travail à bord, l’espace de vie très pratique et confortable, ainsi que les plats délicieux cuisinés par Anne, font d’Antsiva un bateau parfaitement adapté aux missions scientifiques.
Finalement, le savoir-faire et l’expérience de tous les membres d’équipage ont été décisifs dans l’aboutissement de notre projet, sans compter l’expérience humaine qui restera inoubliable pour chacun d’entre nous.
Mille mercis à Nicolas, Anne, Lou, Saïd, ainsi qu’à l’ensemble de la garnison de militaires et le gendarme des Glorieuses, vous tous qui avez plus que largement contribué au succès de cette mission.

Le projet

A partir de l’étude des récifs coralliens fossiles et des environnements sédimentaires associés des iles Eparses, l’objectif du projet REEFCORES est d’acquérir de nouvelles données sur les variations du niveau marin et les changements environnementaux et climatiques de la période du Quaternaire terminal (120 000 dernières années) à nos jours, et d’en comprendre l’impact sur les systèmes coralliens.

Appréhender les changements climatiques futurs et l’élévation du niveau de la mer sont aujourd’hui un enjeu sociétal majeur. Compte tenu des grandes incertitudes qui concernent la dynamique des calottes polaires et de l’effet de leur fonte sur l’élévation du niveau marin à l’échelle des prochaines décennies, l’amélioration des estimations nécessite de s’intéresser aux de variations du niveau marin passées associées à des épisodes de réchauffement climatique à des échelles de temps comparables à celles concernées par les changements actuels. La Dernière Déglaciation (entre 25 000 et 6 000 ans avant nos jours) et la Dernière Période Interglaciaire (il y a environ 120 000 ans) ont subi des évènements comparables au réchauffement climatique actuel et constituent, par conséquent, des périodes d’enregistrements remarquables associés à la mise en place de barrières récifales qu’il convient d’étudier.

En s’appuyant sur un grand nombre de simulations sur l’évolution verticale des monts sous-marins autour des Seychelles, il a été démontré que la zone était idéalement stable pour enregistrer et reconstituer avec précision les variations du niveau marin au cours de la dernière déglaciation. Les îles Glorieuses en particulier, les plus septentrionales du canal du Mozambique, occupent une situation idéale dans cette zone, et du fait de la présence de récifs coralliens bien développés sur leur pourtour, constituent un site clé pour évaluer ces variations du niveau de mer pendant les derniers milliers d’années.

Afin de répondre à ces questions, plusieurs types de travaux ont été réalisés dans le cadre du projet REEFCORES: carottages de sédiments lagonaires, prélèvements de coraux sur des terrasses récifales fossiles émergées, et acquisition de données de sismique par petits fonds (0 à 200 mètres) afin d’imager l’organisation verticale de ces coraux sous les fonds marins. L’ensemble de ces données permettront d’identifier des morphologies d’anciennes couronnes récifales aujourd’hui ennoyées et de quantifier l’accumulation de sédiments dans les lagons lors du ré-ennoiement des îles pendant la dernière remontée du niveau marin depuis -120m jusqu’au niveau actuel en 20 000 ans. Le programme REEFCORES doit aboutir à l’horizon 2016/2017 à réaliser de futurs forages à travers les récifs, dont les emplacements des sites aux Glorieuses seront déterminés en grande partie grâce aux acquisitions réalisées à bord d’Antsiva.

Partenaires

La réalisation de la mission n’aurait pu être possible sans la contribution de nos partenaires :

CEREGE (Centre de Recherche et d’Enseignement de Géosciences de l’Environnement)

Correspondants : Gilbert Camoin (Directeur de Recherche), Claude Vella (Maître de Conférence), Pierre Deschamps (Chercheur), Edouard Bard (Directeur Adjoint du CEREGE)

CNRS – Institut National de l’Ecologie et de l’Environnement

Correspondant : Marc Trousselier (Chargé de Mission)

TAAF (Terres australes et antarctiques françaises)

Correspondants : Cédric Marteau (Directeur de la conservation du patrimoine naturel des TAAF) et Sophie Marinesque (Chef du service de la conservation du patrimoine naturel des TAAF)

SHOM (Service Hydrographique et Océanographique de la Marine)

Correspondants : Vincent Lamarre (Chef de Projet Litto3D) et Yves Pastol (Chargé d’étude laser sur la littoral)

TOTAL Exploration-Production

Correspondant : Bruno Caline (Ingénieur géologue)

Articles liés

No results found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.