Le corail, marqueur du réchauffement climatique

Equipe Reefcore Glorieuses

Lieu : Geyser / Glorieues

Réalisée en 2013

Mission : REEFCORES II

Chef de mission : Stephan JORRY - Ifremer Brest

Pouvoir disposer d’Antsiva dans le cadre de ce projet de recherche fût un privilège incontestable pour les scientifiques de l’équipe REEFCORES.
L’expérience était nouvelle pour l’ensemble d’entre nous, scientifiques comme membres d’équipage. Ce fût tout d’abord la première mission « géologique » menée à bord d’Antsiva, avec le challenge de réaliser de l’acquisition sismique et des prélèvements à la benne à sédiments. Malgré toute l’incertitude avant de réaliser les premiers tests et manipulations, Antsiva s’est très rapidement révélé être un bateau particulièrement adapté aux besoins de la mission REEFCORES.
Au final, les 14 jours de mission ont permis d’acquérir :
– 300 km de profil sismique,
– 7 carottages,
– 20 prélèvements à la benne à sédiments,
– ainsi que la réalisation d’observations et prélèvements complémentaires sur les affleurements de l’Archipel des Glorieuses.

La diversité des espaces de travail à bord, l’espace de vie très pratique et confortable, ainsi que les plats délicieux cuisinés par Anne, font d’Antsiva un bateau parfaitement adapté aux missions scientifiques.
Finalement, le savoir-faire et l’expérience de tous les membres d’équipage ont été décisifs dans l’aboutissement de notre projet, sans compter l’expérience humaine qui restera inoubliable pour chacun d’entre nous.
Mille mercis à Nicolas, Anne, Lou, Saïd, ainsi qu’à l’ensemble de la garnison de militaires et le gendarme des Glorieuses, vous tous qui avez plus que largement contribué au succès de cette mission.

Vendredi 12 avril

Une nouvelle équipe de scientifiques embarque ce matin à bord d’Antsiva. Stéphan, Gwénael et Sophie sont tous les trois géologues et travaillent pour Ifremer Brest.
Lou, fraîche intechmérienne, est venue nous rejoindre et va aussi participer à cette expédition.
Le programme de cette nouvelle mission consiste principalement en acquisitions de données sismique du lagon des Glorieuses et du banc du Geyser. Des prises de sédiments seront effectuées parallèlement ainsi que des prélèvements de coraux fossiles.
A midi, tout est prêt et nous pouvons appareiller. Nous levons l’ancre en direction de Mayotte où nous devons d’abord récupérer Pascal, le 4ème géologue qui nous attend avec le matériel
Une mission n’est jamais simple à monter. Celle ci n’a pas échappé à la règle et Stéphan, en tant que chef de mission a du faire preuve de patience, d’ingéniosité et de beaucoup de ténacité pour finaliser celle ci.
Un des problèmes était celui de l’acheminement du matériel. Les Taaf n’étaient pas en mesure de certifier le transport par avion jusqu’à Glorieuses et transiter par Madagascar comportait trop de risques. La solution de dernière minute fut donc d’envoyer les caisses par fret aérien sur Mayotte avec un des membres de l’équipe.
Nous voilà partis pour 36 heures de mer. C’est une grande première pour Sophie qui n’a jamais navigué ! La traversée commence au moteur et en douceur sur une mer calme, puis le vent se lève et nous pouvons naviguer à la voile pendant toute la nuit.

Samedi 13 avril

Le vent s’essouffle dans la matinée pour reprendre de plus belle l’après midi. Les estomacs de Sophie et de Stéphan s’amarinent et Gwénael est le seul convive scientifique valide pour le dîner. A minuit nous entrons dans le lagon de Mayott. 25 nœuds de vent et une mer assez forte nous accompagne.

Dimanche 14 avril

Nous prenons aussitôt contact avec Pascal qui nous attend à l’hôtel. Il embarque à son tour et pose son sac à bord. L’équipe est désormais au complet. Comme c’est dimanche, nous ne pouvons pas encore récupérer les caisses de matériel. C’est donc une journée de mise au point où chacun prend ses marques. Le soir, autour d’une capeirina, Stéphane nous explique l’objet de la mission. Il nous présente le travail déjà effectué sur les îles éparses et nous expose également le prochain grand projet qui couvrira l’ensemble du Canal du Mozambique. Puis c’est au tour de Sophie de nous présenter sa thèse.
Si Lou appréhende bien ces sujets qu’elle a en partie étudié, nous sommes quant à nous totalement néophytes en la matière et nous nous familiarisons avec ce nouveau vocabulaire : les profils sismiques, les courants de turbitude, les flûtes…
C’est en effet la première fois qu’Antsiva effectue une mission sismique et nous sommes particulièrement curieux et intéresses par ces nouvelles mises en œuvre à bord du voilier.

Lundi 15 avril

Journée très active. Il faut avant toute chose effectuer les formalités administratives. Comme nous comptons repartir le soir même, nous gagnons du temps en effectuant les formalités d »arrivée et de sortie en même temps.
Puis, les scientifiques prennent contact avec le transitaire et à en fin de matinée, le matériel est dédouané et les caisses chargées à bord. L’équipe est impatiente d’ouvrir et de déballer le matériel.
Le PC qui récupérera les données sismiques est installé dans la soute ainsi que l’unité de puissance qui produira les décharges électriques de 4000 volts. L’écran et l’ordi sont solidement amarrés. La benne à sédiments est montée et des premiers essais sont effectués au mouillage de Dzaoudzi. Enfin, les deux câbles sismiques (un émetteur, un récepteur) sont installés et roulés sur le pont de chaque côté de la barre.

A 17 heures, tout est opérationnel et nous quittons Mayotte en direction de notre première étape : le banc du Geyser.

Mardi 16 avril

A 5 h du matin, nous arrivons à la hauteur du banc de la Zélée et tout le monde est déjà à pied d’œuvre car le programme de sismique commence. On démarre le groupe électrogène, les deux câbles sont mis à l’eau, et l »unité de puissance mise en marche. C’est elle qui délivre des étincelles électriques au bout du câble émetteur. Le second câble reçoit les échos et les transmet au PC sous forme de graphiques ou « profils sismiques ».

Ça marche !! et ça marche même très bien car même au moteur, il y a peu de bruit parasite. Grâce à la forme de sa carène, à ses hélices particulières et à son isolation machine, Antsiva est un excellent voilier sismique.
Et les TIC TIC commencent… Ces fameux petits Tic Tic qui vont bercer nos journées et nous feront sursauter si on ne les entend plus !
Pascal prend place dans la soute face à l’écran et surveille l’arrivée des données. Il règle aussi les instruments en fonction de la hauteur de l’eau.
Nous commençons donc le premier profil sur le banc de la Zélée et poursuivons toute la journée en sillonnant l’intérieur du lagon à une vitesse constante entre 4 et 5 nœuds. Vers 16h, après 11 heures de « traine » et de « tic-tic », une première boucle est bouclée et nous nous mettons au mouillage proche de l’îlot de sable blanc.
La journée a été très chaude et le perspective d’un snorkeling dans l’aquarium du trou bleu est bien tentante. Mais un grain menaçant nous oblige à renoncer à notre bain et à rentrer au bateau. Pascal a juste eu le temps de collecter une écope de sable sur le fameux îlot.
Le soir, Gwénael, studieux commence à travailler sur son ordinateur pour sortir les premières interprétations des profils, mais la soirée ne se prolonge pas très longtemps car une bonne fatigue s’abat sur toute l’équipe.

Mercredi 17 avril

C’est la deuxième et dernière journée au Geyser, il s’agit de l’optimiser au maximum. Lever au petit matin, et on démarre par les bennes à sédiments.
Il s’agit d’un système de godet que l’on descend depuis le pont d’Antsiva en position ouverte. L’impact avec le sol déclenche un puissant ressort qui ferme les mâchoires de la benne et remplit le godet de sédiment. Il faut alors remonter la benne. Nous utilisons pour cela un palan que l’on a fixé à l’extrémité du mat de charge. Dès les premiers essais, des mises au point s’imposent. Le cordage qui est censé remonter la benne est bien trop élastique et demande une dépense d’énergie incroyable. Nous changeons alors de bout pour prendre une drisse en dyneema d’Antsiva. Cette drisse a une élasticité quasi nulle, la remontée de la benne commence donc dès le premier coup de manivelle mais la manipulation reste sportive ! Après quelques tentatives de remontée au winch, il s’avère plus efficace de tirer en direct à bras d’homme sur la drisse. Pour cela, deux scientifiques se jettent de tout leur poids sur le palan et tirent pou remonter la benne le plus vitre possible. Cette manoeuvre plait particulièrement à Pascal qui manquait d’activité physique et en profite pour se défouler …
Les résultats des bennes sont plus ou moins satisfaisants selon les lancés. Certaines fois, la benne remonte complètement vides ou avec seulement quelques grains de sable. Sophie relève le point GPS de chaque lancé et collecte le contenus des bennes dans des sachets étiquetés. Ce sable sera ensuite séché, puis chaque grain sera analysé et classifié selon sa nature.
Autour de nous, le ciel se charge de gros nuages noirs apocalyptiques et d’énormes grains nous encerclent. Soudain, le déluge s’abat sur Antsiva et c’est sous une pluie torrentielle que l’équipe met les câbles à l’eau pour démarrer une nouvelle série de profils sismiques.
Le temps nous manque pour un éventuel carottage du du second îlot de sable du Geyser et les scientifiques préfèrent poursuivre le quadrillage de la zone en sismique. Le soir tombe, il fait désormais nuit noire et dans le sillage d’Antsiva un petit éclair scintille au bout du câble tribord, et toujours cet incessant tic-tic …
Enfin, vers 20 heures, nous remontons les câbles et quittons le Geyser pour poursuivre notre route vers Glorieuses.

Jeudi 18 avril

Arrivée au Glorieuses au petit matin. Des odeurs de terre mouillée et de végétation me chatouille les narines. Le soleil n’est pas encore assez haut pour illuminer le lagon de son éclatante couleur turquoise.
Les militaires sont prévenus de notre arrivée et nous attendent. L’équipe descend à terre pour une première prise de contact avec le gendarme, puis ils repartent vers le nord de l’île afin d’y effectuer deux carottages de sable.
L’après midi est consacré à la sismique dans le fond du lagon. Pour cela Antsiva a remonté sa quille, son tirant d’eau est réduit à 1,2 mètres, ce qui permet de naviguer dans les eaux peu profondes en toute sécurité.

Vendredi 19 avril

La météo nous indique que les conditions de mer et de vent pour les prochains jours vont se dégradert.
L’équipe décide alors de profiter du temps clément présent pour faire le maximum de sismique possible. C’est donc une journée entièrement consacrée à la sismique, une journée passer à sillonner le lagon selon un quadrillage bien précis établi par les géologues.
De 7h à 19h, soit pendant une bonne douzaine d’heures, nous traînons les câbles. De temps en temps, je passe une tête dans la soute pour regarder l’écran qui inlassablement enregistre les profils. Parfois, Pascal s’exclame car il a remarqué une particularité intéressante. Tout le monde accourt et moi aussi, mais je dois bien avouer mon ignorance car je ne vois alors que des superpositions de traits plus ou moins horizontaux qui ne m’évoquent pas grand chose !
Les scientifiques se relaient devant l’écran car il faut bien dire que cette surveillance peut parfois prendre des tournures un peu soporifiques. Allez qui n’a pas osé un petit roupillon dans la soute, bercé par le son du tic tic…

Samedi 20 avril

La météo ne s’était pas trompée, le vent souffle fort dès le matin. Impossible de quitter le mouillage et de partir au large pour faire de la sismique dans ces conditions. Les scientifiques programment alors une journée de travail à terre.
Le matin, deux carottages sont effectués à la pointe nord de l’île. Nous les suivons pour observer leur manip’. Si l’enfoncement du carottier ne pose pas de difficulté, il n’en est pas de même pour le retirer du sable car il ne faut surtout pas perdre les sédiments les plus profonds.
P uis l’équipe se rend jusqu’aux affleurements récifaux en face du camp militaire. Les fossiles de coraux y sont particulièrement bien conservés et les scientifiques collectent des échantillons, dont un magnifique bénitier fossile.

dimanche 21 avril 2013

Ce matin, l’eau particulièreme claire invite à un bain matinal et un snorkeling autour du bateau. Des tortues et de nombreux poissons évoluent sous la coque d’Antsiva. Nous avons même la chance de croiser une magnifique raie aigle qui déploie ses ailes devant nous. de gros grains s’abattent sur Antsiva contraignant l’équipe à travailler à l’intérieur sur les ordinateurs. La matinée est très studieuse et le carottage prévu est reporté.

Aujourd’hui, c’est dimanche et les militaires nous ont gentiment invité à partager leur BBQ dominical. Nous quittons le bord vers midi pour rejoindre le campement. En raison des grains persistants, Nicolas préfère ne pas nous accompagner et reste à bord.
La traversée de la cocoteraie reste toujours un plaisir et cette marche sous l’ombre verdoyantes de milliers de palmes impressionne toujours. Le déjeuner se déroule dans la bonne humeur et la convivialité. Puis les militaires organisent un grand tournoi de pétanque auquel participent Pascal, Stéphane, Gwenael et Lou. Chacun a sa manière de lancer la boule, mais que ce soit la façon très stylée et académique de Pascal ou celle très « bowling » de Lou, ni l’une ni l’autre ne permettra de gagner des points et nos quatre participants vont finir grands derniers.
Entre deux parties de pétanque, les scientifiques ont le temps d’effectuer un carottage derrière la plage du camp.

lundi 22 avril

Ce matin encore le vent souffle fort. Nous sortons en mer pour faire des lancés de benne mais la houle est forte et les manœuvres deviennent difficiles. De plus, les bennes remontent désespérément vides comme si elles ne touchaient qu’une dalle de rochers alors que le fond est sableux. Après une bonne dizaine de tentatives infructueuses, nous rentrons au mouillage, un peu dépités mais l’équipe n’a pas dit son dernier mot !
L’après-midi, le vent souffle toujours. Comme les points GPS des bennes ne sont pas très profonds, une petite équipe part en annexe et deux personnes plongent sur ces points pour y collecter le sable. Cette fois ci la récolte de sédiment est assurée.
Pendant ce temps, à bord d’Antsiva, l’autre partie de l’équipe s’est penchés sur le problème de la benne et a réussi a améliorer son fonctionnement.

Mardi 23 avril

La météo plus clémente nous permet d’envisager une nouvelle journée de sismique. Et cette fois, nous sommes bien décidés à faire un essai de sismique à la voile. Bien sûr, les conditions de navigation ne le permettent pas souvent car il faut garder une vitesse constante et un cap très précis, mais lorsque nous avons un grand bord de portant, nous hissons toutes les voiles et c’est en silence qu’Antsiva traîne fièrement ses deux câbles dans son sillage. Et sur le PC ? le résultat est particulièrement probant. Plus aucun bruit parasitaire et un magnifique profil très net se dessine à l’écran. Les scientifiques sont très enthousiastes et nous plutôt satisfaits. D’autant plus que ce soir, tout le programme de la sismique est bouclé. Les scientifiques ont obtenu les résultats escomptés de tous les profils qu’ils voulaient. Allez, capeirina pour tout le monde !

Mercredi 24 avril

Aujourd’hui, le vent se remet à souffler. L’équipe descend à terre afin d’organiser avec le gendarme l’entreposage et le retour des caisses de matériel par avion. Pendant qu’ils partent faire un carottage, nous profitons d’une promenade à terre en suivant la piste centrale et nous savourons une nouvelle fois le plaisir de nous balader dans la cocoterai.
L’après midi, malgré le vent, nous faisons une nouvelle tentative de lancés de bennes. Le nouveau réglage fonctionne à la perfection. Sur les quatre premiers points de lancé, la benne remonte pleine de sédiments. Mais au fur et à mesure que nous nous éloignons de l’île nous subissons une forte houle et les manipulations de la benne deviennent dangereuses. Stéphan préfère arrêter et rentre au mouillage.

Jeudi 25 avril

Aujourd’hui, l’équipe a prévu un travail de collecte d’échantillons sur l’île du Lys. Le gendarme et 3 militaires embarquent également à bord d’Antisva car ils comptent faire un état des lieux et éventuellement un nettoyage.
Nous arrivons au mouillage de l’île du Lys dans la matinée. Le ciel est gris et de gros orages nous entourent. Tout le monde descend à terre. A peine arrivés sur la plage nous tombons sur les restes d’un camps de pêcheurs. Des vieux matelas éventrés, des cannettes, des bouteilles en plastique et des tas de détritus jonchent la zone.
Depuis quelques mois, les malgaches ont intensifié la pêche aux holothurie et viennent de façon quasi régulière installer leur camp sur l’île du Lys. Cette pêche est bien sûr strictement interdite mais tant qu’il y aura des chinois pour payer une fortune chaque concombre de mer … il y aura des malgaches pour les ramasser !
Nous suivons les scientifiques dans leur tour de l’île. Nous traversons tout d’abord une mangrove agonisante. Tous les arbres sont morts et lancent leurs grands bras secs et noueux vers le ciel. Triste mangrove ! Puis nous accédons aux fameux affleurements de la côte nord. Cette partie de l’île est formée de terrasses récifales fossiles. Stéphane nous explique que ce récif est devenu fossile il y a environ 120 000 ans, date de la dernière descente des eaux. Ce que nous considérions jusqu’à présent comme de vulgaires rochers coupants prend désormais une autre signification et nous admirons maintenant les formes finement dentelées de ces coraux morts il y a si longtemps.
Les scientifiques « tapent le caillou », collectent, ensachent avec précaution et étiquètent scrupuleusement chaque échantillon.
Pendant ce temps, les militaires brulent les déchets de la plage et arpentent l’île.

Autour de nous, le ciel devient de plus en plus noir créant l’espace d’un instant un tableau quasi irréel où l’on a du mal à distinguer le féérique du menaçant et dans lequel le turquoise si lumineux du lagon se reflète dans le gris si sombre des nuages.
Nous rentrons rapidement au bateau, laissant l’équipe terminer leur travail sur les affleurements.
Après le bref pique-nique sur la plage, Nicolas amène les scientifiques dans le trou de la piscine pour une prise d’échantillons sédimentaires, puis sur le banc de sable pour un dernier carottage. Évidemment, tous les carottages n’ont pas ce panache mais il faut bien avouer que celui ci valait la peine d’être photographié ! I
De retour au mouillage, nous profitons d’une mer calme pour commencer le déchargement des lourdes caisses qui vont être entreposées au campement. Un équipe de militaires est là pour aider aux manœuvres.

Vendredi 26 avril

Nous venons de passer 10 jours aux Glorieuses, il est temps de lever l’ancre et de reprendre le chemin du retour. A 11 h, nous quittons le mouillage avec un bon vent de près. Malheureusement, au bout de 4 heures de belle navigation à la voile, le vent s’écrase complètement et c’est au moteur que nous finissons notre traversée.

Samedi 27 avril

Arrivée au matin sur Nosy be. Nous débarquons l’équipe sur la plage d’Ambatoaloka où se trouve leur hôtel. Nous les rejoignons vers midi pour partager un dernier déjeuner.

commodo porta. ultricies mi, risus ut accumsan nunc fringilla mattis eleifend