Inventaire et cartographie des récifs d’Europa

Plongeur en pleine missions scientifuque

Lieu : Europa

Réalisée en 2011

Mission : BioReCie 1

Chef de mission : Pascale CHABANET - IRD Réunion

Les Iles Eparses (Glorieuses, Juan de Nova, Europa, Bassas da India, Tromelin) sont parmi les rares espaces insulaires de la planète ne subissant pas de perturbation humaine, leur accès étant strictement règlementé ; seules quelques autorisations d’accès sont données aux scientifiques dans le cadre de leurs recherches. D’un point de vue scientifique, ces îles sont donc extrêmement intéressantes pour différencier la part des pressions humaine directes sur les changements observés dans les écosystèmes (ex. pêche, piétinement des coraux, eaux usées sur les récifs coralliens) de celles qui agissent à l’échelle mondiale (« global change »). De ce fait, elles constituent des laboratoires naturels exceptionnels.

Mais il y a beaucoup d’obstacles à franchir avant d’avoir ce grand privilège d’aller travailler aux Iles Eparses !
Il faut d’abord écrire un programme qui réponde à une demande, puis qu’il soit retenu pour obtenir des financements et des autorisations d’accès. Ce qui a été le cas pour notre programme BioReCIE (Biodiversité, Ressources et Conservation des récifs coralliens des Iles Eparses), retenu suite à un appel d’offres CNRS. Ce programme répondait à une attente des TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) qui ont en charge la gestion des Iles Eparses. Ces îles devraient être classées en statut national d’Aires Marines Protégées (AMP) afin de renforcer la protection des écosystèmes qui y sont associés. Mais la mise en place d’AMP impose un plan de gestion qui nécessite à la base des connaissances fondamentales sur l’environnement et les communautés associés. Face aux lacunes des connaissances sur les récifs coralliens et pour répondre aux besoins des gestionnaires, les principaux objectifs du programme BioReCIE sont 1) compléter les données acquises sur la biodiversité récifale à travers des inventaires (Algues, Cnidaires, Crustacés, Mollusques, Echinodermes, Poissons) associés à une cartographie des habitats ; 2) établir un point zéro des ressources en poissons sur chacune des îles. Ce vaste programme, financé par plusieurs bailleurs de fonds (INEE, INSU, IRD, AAMP, FRB) implique une trentaine de chercheurs appartenant à plus de 10 institutions (IRD, Université de La Réunion, Université de Paris VI, Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, Ecole Navale de Brest, Agro Campus de Rennes, Réserve Naturelle Marine de La Réunion, ARVAM, Pareto, Aquarium de La Réunion, Muséum d’Histoire Naturelle de Stuttgart, Oceanic Research institute de Durban).

Une fois le programme financé, il ne reste plus qu’à composer entre météo supposée idéale, disponibilité des uns et des autres, autorisations pour se rendre sur sites, certificats médicaux d’aptitude à partir sur des îles isolées, logistique plongée, … Après la tournée du Marion Dufresnes en avril 2011, c’est Europa qui constitue la deuxième étape du programme BioReCIE réalisée cette fois-ci à bord du superbe voilier Antsiva.

Merci à Nicolas et Anne de nous avoir offert des conditions idéales à bord de leur voilier (gentillesse, confort du bateau, cuisine délicieuse, logistique plongée, …) pour mener à bien nos recherches.

Un grand merci à toute l’équipe pour avoir chacun à votre manière permis de finaliser tout ce qui était prévu dans notre planning chargé. On a été aidé par une bonne étoile météo mais aussi par les ondes positives qui nous ont poussés au bout de cette belle aventure humaine. L’amitié et la curiosité sont les meilleurs moteurs pour avancer dans la vie comme dans la recherche !

Samedi 5 novembre

Beaucoup connaissent déjà Antsiva et retrouvent leurs marques. Pour d’autres c’est la decouverte d’un nouvel univers.
Une fois la montagne de bagages bien calée et rangée dans la soute, nous appareillons. Comme nous sommes très nombreux, certains goutent aux plaisirs du camping et du matelas pneumatique alors que d’autres optent pour la solution de la couchette à 3.
Heureusement, un temps de demoiselle nous accompagne lors de cette première traversée et Nicky et Maya peuvent même dormir sur le pont.
Apres 36 heures de navigation plutot tranquille, nous jetons l’ancre au mouillage d’Europa, le 6 novembre peu avant minuit.

Lundi 7 novembre

Premier lever de soleil sur Europa. Les vagues déferlent sur le platier devant la station météo. Mais, nous n’avons pas de temps à perdre, une partie de l’équipe doit débarquer avec le matériel. Cette première descente à terre n’est pas des plus faciles et suscite même quelques sueurs froides. Mais finalement, tout se passe bien : l’équipe à terre va pouvoir installer son campement.

Les houles croisées du sud et du nord rendent particulièrement délicate la manœuvre de la mise a l’eau de la grosse annexe. Mais grâce à l’union de tous les efforts et avec l’aide de tous les bras vaillants, nous parvenons à descendre le bateau de plongée sans casse et sans blessure. Ouf. !!!

Pour cette première matinée, nous descendons le long de la cote ouest et une équipe réduite va effectuer les premiers travaux de cartographie.
L’après midi est consacrée aux formalités avec le gendarme ainsi qu’au débarquement des bagages. Joseph nous fait une belle démonstration de ses qualités de docker : la tête sous l’eau, mais les bagages au sec !!! C’est aussi le moment pour Chantale de descendre du bord et de rejoindre l’équipe à terre. A peine arrivée au camp, elle se dégourdit les bras avec une petite seance d’alteres …
Le soir, tout le monde a trouvé sa place. L’équipe des heureux terriens, spartiatement installés dans les locaux de la station météo : Joseph, Nicky, Chloé, Chantale, Maya et Lydiane et celle des joyeux marins, confortablement bercées dans les flancs d’Antsiva : Plume, Patrick, Lionel, Ron, JB, Helene et Martine. Pendant toute la durée de la mission, Chloé et Lydiane vont jouer à saute moutons entre les deux équipes : en mer pour les plongées, à terre pour les travaux du soir. Bravo a toutes les deux pour leur ténacité et leur résistance.

Mardi 8 novembre

Le matin, le travail d’équipe se met en place. Le bateau de plongée part avec 6 plongeurs tandis que l’annexe blanche accompagne 2 apneistes pour les points de cartographie.
Après le déjeuner, Chloé et Lydiane, chargées de leur collectes d’hydraires et d’algues retrouvent eur binôme terrien. Pendant ce temps, l’équipe à terre a collecté à la baie des Congres. Même Chantale a tenu à suivre cette première expédition.
L’après midi, Jean-Benoit, Plume et Lionel commencent la cartographie de la mangrove tandis que Patrick et Martine en profitent pour déposer les kayaks au rond point des sapeurs et reviennent à pied par le sentier nord.
Le soir, Maya et Lydiane sont de retour à bord pour fêter dignement les 35 ans du gamin JB. Parmi les nombreux cadeaux, le légendaire téton turgescent de ‘vous-savez-qui’ qui semble en avoir fait fantasmer plus d’une …

Mercredi 9 novembre

Aujourd’hui, l’équipe a programmé une grande exploration du récif de la côte sud, côte la moins étudiée car la plus exposée au vent et aux vagues. Comme les conditions de mer ne sont pas très sereines, Antsiva va sécuriser l’annexe des plongeurs et reste en géostationnaire dans une mer quelque peu houleuse, prêt à intervenir en cas de difficultés des plongeurs. Ceux-ci enchainent deux plongées. Plongées uniques, non par la biodiversité mais surtout par les rencontres magiques avec des bancs de requins marteaux. Nos plongeurs remontent à bord, les yeux pleins d’étoiles …Nous rentrons au mouillage en fin d’après midi, juste à temps pour que Chloé réintègre sa base à terre. Les terriens quant à eux ont passé une bonne partie de la journée à collecter le long du platier nord.

Jeudi 10 novembre

Aujourd’hui, la houle s’est complètement écrasée, la mer est d’huile et les plongeurs vont pouvoir s’attaquer à l’exploration de la cote Sud-est. Deux plongées sont programmées : une se déroule le long de la cote sud-est, l’autre à l’extrême pointe Est. Les requins marteaux, toujours présents poursuivent leur show. Ils semblent même de plus en plus curieux de l’activité des scientifiques.A terre, la vie des scientifiques et surtout le travail du labo sont un peu perturbés par l’arrivée d’un nouveau contingent militaire.
A la nuit tombée, une petite lueur se déplace sur la plage. C’est Joseph qui, bravant les attaques des moustiques, traque les crabes et crustacés nocturnes.

Vendredi 11 novembre

Ce matin, Nicky, Maya et Joseph ont programmé un travail dans la mangrove. Ils arrivent au bateau de bonne heure car il faut jongler avec les horaires de marées. Nicolas, qui connaît bien les passes doit les accompagner en annexe, les déposer vers les kayaks et revenir sur Antsiva. Mais, ils sont partis un peu trop tard et a l’entrée de la mangrove, Nico s’aperçoit que la marée est déjà trop basse et qu’il ne peut plus en sortir. Il est bon pour une journée entière dans la mangrove d’Europa. Pas désagréable, si ce n’est le fait qu’il n’avait pas prévu cela et qu’il est en simple caleçon. Au diable la pudeur !
Il va d’abord guider la fine équipe jusqu’à la résurgence pour tenter de trouver des algues et des crabes particuliers. Puis, pendant que Nicky et Maya collectent, Nicolas et Joseph partent en kayak explorer les bras inaccessibles, toujours à la recherche de nouveaux crabes.
Toute l’équipe se retrouve vers midi pour grignoter et partager les quelques biscuits qui leur fait office de déjeuner, puis ils attendent patiemment la remontée des eaux qui va les libérer de la mangrove.
Retour sur Antsiva vers 15 heures, où des bières fraiches et un déjeuner salvateur attendent les aventuriers vannés, assoiffés et passablement brulés.

Samedi 12 novembre

L’équipe terrestre a programmé une exploration du récif de la cote sud. Une longue marche sous le soleil attend nos scientifiques. JB et Patrick font également partie de la ballade car ils souhaitent faire quelques points de cartographie. Le tracteur et le nouveau contingent militaire accompagnent les courageux marcheurs.

Pendant ce temps, les plongeurs explorent la cote nord-est de l’ile et, lors d’une plongée, ils tombent sur la découverte d’un Porites géant magnifique tandis que de grosses loches évoluent nonchalamment autour d’eux.
L’après midi, quelques points de cartographie sont effectués dans la mangrove. On y croise aussi les deux botanistes qui profitent de la présence inespérée des kayaks pour inventorier les plantes de la mangrove.

Dimanche 13 novembre

Dernier lever de soleil sur Europa. Un temps magnifique s’annonce pour cette ultime journée et l’équipe est en pleine activité des le petit jour. Plume et Patrick effectuent une dernière plongée sur une des stations du réseau mondial de suivi des récifs coralliens , JB un dernier point carto sur le platier, Lionel tamise ses échantillons de sable, l’équipe à terre range le matériel de la station, l’équipage prépare le bateau pour le départ et les annexes font les va-et-vient. Chantal réembarque a bord d’Antsiva sans difficulté. Elle s’octroie son premier bain a l’arrière du bateau et les requins marteaux viennent aussitôt la saluer. Trop forte Chantal !
A 17h, tout est prêt pour l’appareillage. Nous quittons le mouillage et observons Europa s’effacer peu a peu sous les feux du soleil couchant.
Mais la mélancolie n’est pas de mise et la soirée sera sous le signe de la gaieté et des chansons. A noter la prestation particulièrement applaudie de JB nous interprétant magistralement Amstrong, je ne suis pas noir, je suis blanc de peau… Bis ! Même Ron sort de sa réserve et joint sa voix à la fête.

Mardi 15 novembre

Une traversée de retour tout en douceur. Décidemment cette équipe a de la chance ! Nous arrivons au port de Tuléar vers 14 heures et l’équipe peut profiter de l’après-midi pour une nouvelle visite à l’IHSM ainsi qu’un petit tour en ville.
Dernière soirée à bord. Bien arrosée et bien joyeuse. Les chansons paillardes rivalisent avec les blagues et les histoires drôles. Même les nains vont a la mine …et le premier prend, quoi déjà ????

Mercredi 16 novembre

Débarquement au petit matin. Les taxis attendent sur le quai et chargent la tonne de bagages.Mener à bien une mission aussi chargée et une équipe aussi nombreuse n’est pas des plus faciles et pourtant tout s’est magnifiquement bien passé. Merci à toute l’équipe pour sa bonne humeur et son professionnalisme. Et un grand merci tout particulier à Plume pour nous avoir accordé sa confiance et avoir su partager sa passion à travers cette belle aventure. On repart quand vous voulez …

tristique lectus elit. felis ut risus. luctus facilisis Curabitur Aenean massa Phasellus